Kali Gandaki Rive gauche

Je voudrais dire ici que pour ma quatrième visite népalaise, le trek dans la vallée de la « Kali gandaki+Ghorépani» restera un souvenir inoubliable.

Je connaissais le sanctuaire des Annapurnas, (avec Glacier Safari Trek 2007) Everest Base Camp(2008), un petit village, Chepté, que j’ai visité en 2010 et que je soutiens au travers d’une association depuis 2007 et, aujourd’hui, (mars 2016) cette merveilleuse vallée que nous avons découverte ma compagne et moi, à nouveau avec Glacier Safari Trek.

J’ai retrouvé le Machapuchare le Himchuli et l’Annapurna Sud. Mais en suivant cette vallée nous les avons redécouverts sous un autre angle avec en prime et, tout au long du chemin, des 7000 m, des 8000m : le Daulaghiri le Tilicho Pic et le Nilgiri avec ses trois sommets, le Nilgiri Nord, le Nilgiri Central et le Nilgiri Sud.

Nous sommes arrivés à la bonne saison, (début du trek le 12 mars) pour traverser une chose unique au monde pour moi, ce sont ces forêts de rhododendrons toutes fleuries. A 3200 m d’altitude aux abords de Ghorépani, à Deurali Pass, dans un léger brouillard, nous nous trouvions en pleine forêt de rhododendrons, cela avait quelque chose de mystérieux de se trouver là, seuls avec notre guide, AAKASH. Nous avions l’impression d’être les seuls au monde ! Complètement déconnectés de tout, électroniquement bien sur, mais aussi psychiquement et ça c’est très doux à vivre !

Quel bonheur aussi de se plonger dans les « Hot Springs », ces sources d’eau chaude qui sortent de la montagne directement et se jettent dans le torrent juste en dessous. Y sont aménagées des bassins qui ressemblent à des grands SPA. Température de l’eau, minimum 35 ° à Jhinou Danda.

En atteignant la vallée proprement dite de la Kali Gandaki, par jours ensoleillés surtout le matin, nous avions l’impression de marcher dans le lit de notre Durance. Seule différence notoire, elle est cinq ou six fois plus large que la Durance et, sur ses rives, ce ne sont pas les plateaux de Valensole ou de Ganagobi qui la bordent, mais des sommets tout blancs qui nous dominent du haut de leurs sept ou huit mille mètres d’altitude !

Dans le Mercantour, dans nos Alpes méridionales, nous avons un endroit qui s’appelle « la vallée des merveilles » et bien on pourrait donner ce nom à la Kali Gandaki. Sur les 13 jours de trek, nous serons passés de la campagne verdoyante aux forêts sublimes de Rhododendrons. Ensuite, des forêts humides aux passages à gué de la rivière, la vue s’ouvre sur un horizon de montagnes minérales jusqu’ aux sommets enneigés.

Dans cette vallée nous avons croisé des tracteurs venant charger du gravier, mais aussi des 4X4 transportant des touristes, et tout simplement des népalais à pied qui, pour la pluspart, sont de jeunes gens et jeunes filles venant de Kagbéni ou plus loin, se rendaient à Jomson la ville la plus importante de l’endroit. Nous avons souvent échangé des sourires et des rires avec ces jeunes qui n’avaient pas l’air stressé et qui prenaient leur temps. Nous avons croisé des bergers et des bergères qui sont venus à notre rencontre pour se faire photographier avec leurs petits agneaux. Quelle chance aussi d’avoir eu un guide et un porteur tout à notre écoute : que nous ayons eu besoin de repos, que le chemin nous ait trahis de temps à autre en nous faisant trébucher, ils étaient là aux petits soins pour que tout continue pour le mieux.

Si l’on aime randonner hors des sentiers battus, aller à la rencontre des népalais et jouir d’un panorama grandiose, alors c’est le trek idéal.

Hervé C.