Scroll

mouse-icon

Namaste ! -Nouvelles du Nepal en temps de pandémie , Avril 2020

Merci pour vos messages de soutien et d’encouragement. Ils nous touchent beaucoup en cette période d’incertitude.

Alors que la saison touristique de printemps commençait tout juste au Népal après trois mois d’hiver sans pratiquement de travail pour nos équipes nous avons été obligé d’interrompre les séjours des premiers voyageurs et organiser leur retour en Europe du a la pandémie du COVID-19 . 

Habitués aux situations de crise nos équipes sur le terrain et à Kathmandu ont réagi très vite pour organiser les retours.

Le Bureau du Tourisme fut très efficace pour rapatrier sur Kathmandu par jeep et hélicoptère les trekkeurs bloqués en montagne après le confinement ordonné  le 24 Mars.Des hôtels et des particuliers ont proposé d’héberger gratuitement les trekkeurs en attente de rapatriement.

A part quelques touristes désirant rester à Kathmandu, Manang ou Lukla plutôt que rentrer chez eux, tous les groupes ont été évacués. Même si ce fut plus tardivement pour les trekkeurs n’étant pas passés par une agence.

Suite aux informations nous parvenant d’Europe nous avons fermé le bureau dès le 18 Mars et commencé à travailler chez nous en télétravail. Nous avons alors recommandé à nos guides, assistant-guides et cuisiniers de rentrer dans leurs villages avant le confinement du 24 Mars. Il n’y avait alors qu’un seul cas de corona au Népal et il n’y avait alors quasiment aucun risque de porter la maladie dans les villages.

Le  24 Mars le gouvernement népalais a ordonné un confinement strict. La population avait auparavant eu le temps de faire des provisions ou pour beaucoup de partir dans leurs villages, contrairement à ce qu’il s’est passé en Inde.

En Himalaya les villageois ont attendu après le 24 Mars pour fermer les villages à tout visiteurs. Ils ont laissé le temps à leurs propres habitants de remonter, à pied le plus souvent , jusque chez eux. Les villages et les régions se sont organisés pour passer cette crise.

Les habitants de Kathmandu ont gardé des relations étroites avec leurs villages aussi il est plus facile et moins onéreux d’y passer la période de confinement.

Le confinement est très respecté. Connaissant le manque de structures médicales du pays ils feront tout pour ne pas tomber malades.

Déjà depuis fin janvier, à l’annonce de l’arrivée en Chine d’un nouveau virus, beaucoup de népalais ont décidé de porter des masques. A partir de fin février la majorité de la population en portait.

Depuis le 24 Mars les rues sont vides, plus un bruit, plus de pollution.

Les sommets enneigés des Ganesh et du Langtang protègent la vallée sous leur manteau de neige.

Nous pouvons sortir pour acheter des produits frais dans notre rue mais pas plus loin. Il n’est pas possible de sortir pour se promener ou faire un jogging.

Plusieurs hôpitaux sont réquisitionnés pour accueillir de futurs malades du coronavirus avec l’aide de l’OMS. L’armée a monté des hôpitaux militaires fait de tentes.

Des particuliers ont proposé de d’ouvrir leurs appartements ou maisons neuves pour accueillir le personnel médical gratuitement.
Un vrai élan de solidarité est né, comme à la suite du séisme de2015.

Le pays est encore très peu touché par le virus, seuls quelques cas venus d’Inde ou de DubaÏ. Les hôpitaux n’ont pas plus de patients que d’habitude.

Peut être serons nous épargnés ? On parle d’une plus grande résistance au corona de la population népalaise peut être due au vaccin BCG administré systématiquement à la naissance depuis cinquante ans.

Les seuls sur qui on ne peut, bien sûr pas compter, sont les hommes du gouvernement. Ils ont trouvé le moment opportun pour tenter de toucher des commissions sur les envois de masques et autres matériels médicales depuis l’étranger.

Les saisonniers, guides, cuisiniers et assistants devront subsister jusqu’en octobre,  prochaine saison touristique.

En 2015 le séisme s’était produit à la fin de la saison de printemps, les agences avaient des réserves pour payer leurs salariés et aider les saisonniers.

Il n’existe ici aucune aide aux salariés ni aux entreprises au Népal. Chacun devra compter sur lui-même et le seul espoir est une belle saison d’automne.

Nous vous donnerons bientôt des nouvelles de vos guides, Lakpa, Somé restés à Kathmandu, Basanta et Gyan qui ont pu rejoindre leur village avant le confinement et soutiennent leur communauté, Jambu et Puri dans leur village du Solu. Rendez-vous sur le Facebook de GST.

Chez eux devant l’autel familial, au monastère du village et au temple ils me disent faire brûler de petites lampes à beurre pour que vous tous amis trekkeurs et vos familles restiez en bonne santé.

Bientôt reviendra le jour où nous arpenterons les sentiers de la vallée de la Tsum, les alpages menant aux lacs Gokyo, les gorges de la Nubri ,les pentes menant au Thorong Pass et nous ferons bruler une petite lampe à beure dans un monastère de montagne.